Portrait

Encore grande voyageuse à 84 ans - Portrait d'une aînée

Par Mélanie Veilleux

 

Vieillir peut faire peur. Mais lorsque l’on a le privilège de côtoyer des personnes d’un âge certain qui vivent à fond, la vie devant semble bien plus prometteuse. Rencontre avec Jeannette Pelletier, une dame fort inspirante !

Elle a 84 ans et paraît en avoir 70. Mais quel est donc son secret pour rester si jeune ? « L’art de vivre », répond-elle du tac au tac. Oui, Jeannette aime la vie sous toutes ses formes, surtout lorsqu’elle est capable d’en rire en compagnie de sa famille et de ses amis. Elle aime aussi vaquer à ses occupations comme ramasser une dizaine de sacs de feuilles, en automne, et travailler son jardin garni, en été. Elle et son époux habitent toujours leur maison de Saint-Augustin-de-Desmaures qu’ils n’ont pas l’intention de quitter, sauf pour partir en voyage à quelques reprises durant la prochaine année.

Un parcours atypique

Jeannette a toujours été une femme active et voyageuse. Au début des années 1960, elle a quitté Québec pour la Côte-Nord. « J’étais mère fille et c’était très mal vu à l’époque. Moi et le père de ma fille nous nous sommes donc installés à Sept-Îles. » Elle a alors dû trimer dur pour tirer son épingle du jeu, mais elle y est parvenue. « J’ai travaillé dans le restaurant de mon conjoint pendant sept ans avant que nous nous quittions. Après cette difficile rupture, j’ai dû refaire ma confiance. J’étais seule. Je devais m’occuper de ma fille et payer la maison que j’avais achetée pendant que je travaillais au restaurant », se souvient-elle.

Forte de certaines expériences antérieures comme secrétaire, elle est vite parvenue à se trouver un contrat auprès du gouvernement fédéral avant d’obtenir en 1969 un emploi permanent au sein d’Air Canada, une entreprise pour laquelle elle travaillera jusqu’à sa retraite, en 1998. D’abord, comme secrétaire, puis, comme agent passagers une fois qu’elle sera mutée à Québec, en 1976. Un travail que l’on confiait généralement aux hommes.

 

 

Une vie remplie

Au sein de la compagnie aérienne, elle aura énormément d’occasions de voyager par la voie des airs. « J’avais quelques privilèges pour les transports et je pouvais aussi arranger mon horaire pour faire des plus grosses semaines afin de gagner quelques jours pour partir en voyage », se rappelle Jeannette. Pendant cette période, elle découvrira, entre autres, les plus belles plages du monde en même temps qu’elle vivra une histoire d’amour qui durera 25 ans avec Pierre, son premier mari, qui sera emporté par la maladie, dans les années 1990.

À cette période de sa vie, Jeannette devra encore une fois se retrousser les manches pour poursuivre sa route. « J’habitais l’île d’Orléans. J’avais des poules, des oies, des pommiers, des poiriers, etc. C’était pour occuper mes temps libres », confie-t-elle en riant. « Je faisais des confitures à l’automne, que je vendais aux passants, et je vendais mes œufs à l’aéroport. » Malgré le décès de son mari, Jeannette n’avait d’autres choix que de vivre pleinement la vie qu’elle s’était bien occupée de remplir. C’est d’ailleurs lors d’une autre de ses journées un peu folles, alors qu’elle était occupée à son poste de travail à l’aéroport, qu’elle a revu Marcel, un ancien collègue de Pierre. Une rencontre importante.

Une retraite captivante

Comme Jeannette, Marcel est un grand voyageur. Et comme ceux qui se ressemblent s’assemblent souvent, ils finiront par se marier et vivre leur retraite ensemble. « Après avoir parcouru le monde en avion, nous avons choisi de partir à l’aventure en campeur », s’exclame Jeannette.  Le couple a acheté un vieux véhicule à l’île d’Orléans, que Marcel a remis à neuf.  Avant de le vendre il y a quelque temps, Jeannette et Marcel ont parcouru l’Amérique, chaque année. « En même temps, nous faisions des croisières. D’ailleurs, nous arrivons à peine de faire la traversée transatlantique », explique la femme énergique.

Aujourd’hui, si Jeannette peut facilement se remémorer son parcours de vie incroyable, elle peut difficilement se rappeler le nombre de voyages qu’elle a fait dans sa vie, sinon nommer les deux pays qu’elle n’a jamais visités : l’Inde et la Chine. Un prochain voyage, peut-être ? « Non. Pour mes 85 ans, je rêve plutôt de faire le tour du monde en trois mois », conclut Jeannette en riant !

 

Crédit photo : Doudoux Barry

Partage par courriel